Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2012 5 05 /10 /octobre /2012 14:20

 


[Opinion de notre temps en échos à l’actualité] caricatures et blasphèmes de cette fin d’été 2012 dans le monde.


A l’heure où la planète est devenue un village, où les moindres bruits émeuvent, vexent et provoquent les uns et les autres, les uns contre les autres, la parole tue encore et surtout plus vite ; la parole est aussi action. Parole échappée, parole compulsive et parole militante, elle galope à la vitesse du Net vers ceux qui ont tous une bonne raison de l’étouffer. La liberté de parole et la liberté de diffamer ne furent pas dans l’histoire qu’une lutte positive, mais toujours le fruit d’un risque, d’une audace, d’un combat et d’une haine de l’autre aussi, au cœur des conflits personnels, sociaux, politiques, religieux et intellectuels. Au Moyen-âge, dans la Chrétienté, Mahomet a pu être caricaturé et insulté, avec une queue de poisson et des plumes sur le corps afin de réfuter le Coran. Plus tard, Voltaire, lorsqu’il caricatura Mahomet et la religion musulmane dans sa pièce de théâtre Le fanatisme ou Mahomet (1736) s’engagea pour dénoncer l’intolérance de l’Eglise catholique... Autres temps, autres mœurs.

De nos jours, ceux qui se moquent, diffament et caricaturent n’ont parfois d’autre objectif que se parer de la seule liberté d’opinion comme raison d’agir, voire de faire uniquement rire… C’est le propre de ceux qui ne croient qu’en la seule liberté individuelle, indomptable et redoutable à la fois.

C’est là un défi immense pour nos sociétés contemporaines, connectés, entrelacées et si opposées pourtant, dont le sacré  respectif diffère tant, entre ceux qui tuent impunément et empêchent de parler et ceux qui (faute de tuer) créent le danger par des discours qui désacralisent tout, même la liberté de pensée, née à la fin du siècle des Lumières. Si le fanatisme est condamnable, le blasphème n’appartient qu’à ceux d’un parti, d’une religion contre leur propre camp. Blasphémer sous prétexte de libre pensée, n’est pas blasphémer mais simplement dénoncer.  Si Beaumarchais fait dire à Figaro que « sans liberté de blâmer il n’est pas d’éloge flatteur » en 1781 (La folle journée ou le Mariage de Figaro, Acte V, scène III), il n’en est pas moins vrai que les mots et les images libérés quelques années plus tard en 1789 tueront ceux à qui ils s’adressent ou feront tuer ceux qui les diffusent, mettant devant sa responsabilité chaque raison, chaque camp et chaque opinion. A l’échelle du monde aujourd’hui, le risque est toujours aussi grand quand il n’est pas fondamentalement essentiel à la liberté de blâmer.

Sans liberté de blâmer, oserais-je dire, il n’est point de risque majeur.

L’histoire pamphlétaire de l’Ancien Régime est un creuset de toutes ces problématiques sur la liberté d’opiner et de diffamer, du temps où la liberté tout court n’allait pas de soi, du temps où la liberté humaine était considérée comme abîmée par le péché originel. Conflit entre la liberté de l’esprit et la liberté nécessaire, l’époque nous renvoie à notre conception matérialiste et individualiste de la liberté et aux questions qu’elle pose de nos jours.

 

 

Le pamphlet (libelle, voire épigramme ou chanson) est un genre littéraire de combat, entre polémique, satire et calomnie. La parole pamphlétaire, c’est un discours écrit imprimé et colporté qui imprègne les esprits et forge ce que l’on commence à appeler, l’esprit public, l’opinion publique. Après avoir sapé les fondements de la monarchie absolue et ses structures, le pamphlet devient un moyen universel de propagande qui entre de plain-pied dans la culture politique française sous la Révolution française.


Ce cours invite à lire une histoire politique de la France monarchique et révolutionnaire à travers  l’un des premiers medias majeurs de l’ère politique moderne.

 

 

 

«  Mais je vois que la proscription, plus elle est sévère, plus elle excite la curiosité de le lire, plus il est acheté, plus il est lu… Combien de fois le libraire et l’auteur d’un ouvrage privilégié, s’ils l’avaient osé, n’auraient-ils pas dit aux magistrats de la grande police : “Messieurs, de grâce, un petit arrêt qui me condamne à être lacéré et brûlé au bas de votre grand escalier ?” Quand on crie la sentence d’un livre, les ouvriers de l’imprimerie disent : “Bon, encore une édition”. Quoique vous fassiez, vous n’empêcherez jamais le niveau de s’établir entre le besoin que nous avons d’ouvrages dangereux ou non, et le nombre d’exemplaires que ce besoin exige […] Citez-moi un livre dangereux que nous n’ayons pas».

Denis Diderot, Lettre à un magistrat sur le commerce de la librairie, 1767.


 

Année 2012-2013

 

« Structures » : Comprendre une « littérature » aujourd’hui oubliée exige d’entrer dans le monde extraordinaire de la parole interdite sous l’Ancien régime en auscultant les enjeux de pouvoir ainsi que les conditions de réception par un public de plus en plus alphabétisé et avide de savoir les « secrets » des Grands ; le pamphlet, parole créée , souvent diffamatoire, parole inflammable aussi, est un genre dont l’actualité est urgente et donc éphémère ; les auteurs, les thèmes et les succès offrent de multiples occasions d’autopsier une société et les enjeux de ses combats. Ceux qui pourchassent les auteurs et les écrits n’en sont pas moins conscients, à la veille de la Révolution française, de l’impossibilité de freiner une arme dont ils s’empressent d’user à leur tour et à leur profit. La Révolution française, moment d’une extraordinaire liberté d’écrire et d’opiner, n’en n’est pas moins dès sa naissance contrainte de réguler et de légiférer.


Séance n°1 Introduction générale : La parole pamphlétaire, de la parole aux actes : stratégies d’ensembles du XVIe siècle à la Révolution française ; le XVIIIe siècle, un siècle de plume et d’encre pour une révolution de sang. 


Séance n°2 Introduction générale : Historiographie de la littérature pamphlétaire et la question de l’opinion publique ; plan général (structures, 2012-2013 et conjonctures, 2013-2014)


Séance n°3 L’imprimerie, la presse et la censure jusqu’en 1715 : les enjeux (n°1)


Séance n°4 L’imprimerie, la presse et la censure jusqu’en 1715 : les enjeux (n°2)


Séance n°5 Un tournant : la crise de conscience européenne (1680-1715)


Séance n°6 Lecture et lecteurs en France au XVIIIe siècle : un monde de semi-lettrés en expansion (n°1)


Séance n°7 Lecture et lecteurs en France au XVIIIe siècle : un monde de semi-lettrés en expansion (n°2)


Séance n°8 Qu’est-ce que la littérature clandestine (n°1)?


Séance n°9 Qu’est-ce que la littérature clandestine (n°2)?


Séance n°10 Qu’est-ce qu’un pamphlet ? Essai de typologie, matérialité et variantes


Séance n°11 Le marché illicite du livre clandestin, le colportage et la contrebande (n°1)


Séance n°12 Le marché illicite du livre clandestin, le colportage et la contrebande (n°2)


Séance n°13 Le marché illicite du livre clandestin, le colportage et la contrebande (n°3)


Séance n°14 Les libraires


Séance n°15 Panorama des grands pamphlets du siècle (autopsie des best-sellers n°1)


Séance n°16 Panorama des grands pamphlets du siècle (autopsie des best-sellers n°2)


Séance n°17 Panorama des grands pamphlets du siècle (les auteurs ou « écrivailleurs » n°1)


Séance n°18 Panorama des grands pamphlets du siècle (les auteurs ou « écrivailleurs » n°1)


Séance n°19 Panorama des grands pamphlets du siècle (les grands thèmes n°1)


Séance n° 20 Panorama des grands pamphlets du siècle (les grands thèmes n°2)


Séance n°21 La Police du livre au XVIIIe siècle : censure, espionnage et corruption (n°1)


Séance n°20 La Police du livre au XVIIIe siècle : censure, espionnage et corruption (n°2)


Séance n°22 La Police du livre au XVIIIe siècle : censure, espionnage et corruption (n°2)


Séance n°23 De l’Ancien Régime à la Révolution : les métamorphoses du pamphlet (n°1)


Séance n°24 De l’Ancien Régime à la Révolution : les métamorphoses du pamphlet (n°2)

 


 

Année 2013-2014

 

« Conjonctures » : une histoire de France par ceux qui l’ont vécue et qui l’ont faite, par ceux qui ont combattu par la plume au cours du dernier siècle de l’Ancien Régime à la Terreur révolutionnaire (1715-1794).

 

Séance n°1 Louis XIV, un roi à l'abri? 


Séance n°2 Philippe d’Orléans : la calomnie à l’ordre du jour


Séance n°3 La querelle de la Bulle Unigenitus : une guerre pamphlétaire de la cause de Dieu à la cause de la nation


Séance n°4 La calomnie à la Cour : le pamphlet diffamatoire, la fabrique des Grands


Séance n°5 Le roi de France dans les pamphlets (n°1)


Séance n°6 Le roi de France dans les pamphlets (n°2)


Séance n°7 Le roi de France dans les pamphlets (n°3)


Séance n°8 Les maîtresses du roi (n°1)


Séance n°9 Les maîtresses du roi (n°2)


Séance n°10la reine (Marie-Antoinette avant 1789)


Séance n°11 Les ministres, les arroseurs arrosés (n°1)


Séance n°12 Les ministres, les arroseurs arrosés (n°2)


Séance n°13 Les ministres, les arroseurs arrosés (n°3)


Séance n°14 1788-1789 : le grand tournant de l’activité pamphlétaire


Séance n°15 Le pamphlet, arme de destruction massive de l’Ancien Régime : la noblesse (n°1)


Séance n°16 Le pamphlet, arme de destruction massive de l’Ancien Régime : la noblesse (n°2)


Séance n°17 Le pamphlet, arme de destruction massive de l’Ancien Régime : le clergé (n°1)


Séance n°18 Le pamphlet, arme de destruction massive de l’Ancien Régime : le clergé (n°2)


Séance n°19 Le pamphlet, arme de destruction massive de l’Ancien Régime : les parlements (n°1)


Séance n°20 Le pamphlet, arme de destruction massive de l’Ancien Régime : les parlements (n°2)


Séance n°21 Le pamphlet contre-révolutionnaire (n°1)


Séance n°22 Le pamphlet contre-révolutionnaire (n°2)


Séance n°23 La parole pamphlétaire terroriste et la fin de la liberté de la presse


Séance n°24 Conclusion générale : le pamphlet, la liberté et l’opinion

 

 

 


 

 

 

Partager cet article

Repost 0
fredericbidouzeutla - dans Cours 2012-2013
commenter cet article

commentaires

hubert grimaud 06/10/2012 19:54

"Blasphémer sous prétexte de libre pensée, n’est pas blasphémer mais simplement dénoncer".
merci pour cette phrase lapidaire,mais recadrante.

Présentation

  • : Le blog de fredericbidouzeutla
  • Le blog de fredericbidouzeutla
  • : Blog dédié aux auditeurs du Temps libre de l'Université de Pau et à ceux que l'histoire intéresse en général. Plateforme où l'on trouve des articles, des billets, des documents, des bibliographies ainsi que des liens; un lieu idéal d'échanges et de questionnements autour du cours et aussi en dehors.
  • Contact

Profil

  • fredericbidouzeutla
  • Historien de formation et de profession, spécialiste du XVIIIe siècle, l'enseignement est le fondement originel de mon métier.
Mon quotidien, ce sont les étudiants et un public qui les dépasse de très loin en nombre, celui du Temps libre.
  • Historien de formation et de profession, spécialiste du XVIIIe siècle, l'enseignement est le fondement originel de mon métier. Mon quotidien, ce sont les étudiants et un public qui les dépasse de très loin en nombre, celui du Temps libre.

Recherche